lundi 13 novembre 2017

Wild Fell

🎃 Ce roman m'a fait de l’œil depuis que Myriam en a parlé de façon si enthousiaste dans une de ses vidéos. La magnifique couverture, couplée à la promesse d'une histoire de fantômes et de frissons ont fini de me convaincre...

🎃 Elle attend dans l’obscurité depuis plus d’un siècle. Dressée sur les rives désolées de Blackmore Island, Wild Fell tombe en ruine. La vieille demeure résiste pourtant aux assauts des saisons depuis des décennies. Bâtie pour sa famille par un homme de pouvoir du XIXème siècle, la maison a gardé ses terribles secrets. Depuis cent ans, les habitants de la région prient pour que les ombres piégées à l’intérieur de Wild Fell y restent, loin, très loin de la lumière. À présent, il est venu à elle. Jameson Browning, qui connaît bien la souffrance, a acheté Wild Fell avec l’intention d’y commencer une nouvelle vie. De laisser entrer la lumière. Mais ce qui rôde dans la maison est fidèle aux ténèbres qui y règnent, et la garde jalousement. Elle a attendu Jameson toute sa vie… ou même plus longtemps. Et maintenant, enfin… elle l’a trouvé.

🎃 Quelle meilleure période que Halloween pour se lire une bonne petite histoire de fantômes? Le Pumpkin Autumn Challenge m'a donné une bonne excuse supplémentaire pour me plonger dans ce livre, où nous suivons Jameson, un jeune garçon qui n'a que deux amies: Hank, une petite fille très garçon manqué, et une autre mystérieuse fillette qui vit... dans son miroir. Et je peux vous dire que la gamine fout les chocottes.

🎃 Puis nous suivons Jameson plusieurs années plus tard, alors qu'il s'apprête à prendre possession de sa nouvelle maison, Wild Fell, où il compte bien commencer une nouvelle vie.
Honnêtement, la description de la maison fait rêver, à la place de Jameson j'aurais moi aussi été ravie de constater que la maison est en très bon état, et je serais à coup sûr tombée sous le charme de cette ambiance à l'ancienne.

🎃 Jameson va pourtant se retrouver à se poser des questions, car certains phénomènes étranges ne tardent pas à se produire. La maison est vieille, elle craque d'un peu partout, quoi de plus normal, et pourtant...
Les fantômes de l'enfance de Jameson l'auraient-ils suivi? La fillette du miroir a-t-elle vraiment disparu?

🎃 Autant de questions qui trouveront une réponse, mais là hélas pour le coup je n'ai pas vraiment été satisfaite par l'explication donnée. Est-ce parce que je n'avais rien vu venir, parce que je n'ai rien trouvé de suspect dans l'attitude des personnages? Je l'ignore, mais toujours est-il que pour le coup je suis un peu restée sur ma faim.

🎃 De plus, il faut avouer que le roman est assez court, et qu'il s'attarde pour la majeure partie sur l'enfance de Jameson. Rien à redire à ce sujet, et même si au début je trouvais ça plutôt long et que je ne comprenais pas pourquoi on entrait pas plus vite dans le vif du sujet, je dois avouer qu'au final c'est assez bien vu. En effet, sans toute cette partie, il nous est impossible de comprendre le comment du pourquoi de la suite à Wild Fell. 

🎃 Et pourtant, je ne peux m'empêcher de penser que la partie se déroulant justement à Wild Fell est bien trop courte. J'aurais aimé avoir une bonne vingtaine ou cinquantaine de pages de plus afin d'étoffer le propos. L'auteur a de bonnes idées, mais hélas il ne les a pas suffisamment développées à mon goût.

🎃 Reste l'ambiance glauque et malsaine, la fillette du miroir vraiment flippante, son influence grandissante et sa présence de plus en plus terrifiante.
Tout cela est vraiment très bon, pourtant j'en attendais plus de ce livre. Je ne sais pas quoi exactement, mais je sais que je n'ai pas totalement eu ce que j'étais venue y chercher.
Ca n'en reste pas moins une très bonne histoire de fantômes idéale pour se mettre dans l'ambiance d'Halloween!

🎃 lecture sympa 🎃

Logo Livraddict


samedi 11 novembre 2017

Le Paris des Merveilles - L'intégrale

🎃 J'ai (trop) longtemps repoussé la lecture de cette intégrale, échaudée par ma précédente (et unique et pas du tout concluante) rencontre avec l'univers steampunk et effrayée à l'idée de ne pas aimer quand tant d'autres autour de moi l'avaient appréciée...

🎃 Paris, début du XXe siècle.
Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétaradent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n’est pas le Paris de la Belle Époque tel que nous l’entendons: la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées.
Occupé à enquêter sur un trafic d’objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, se retrouve mêlé à une série de meurtres. Confronté à des gargouilles immortelles et à un puissant sorcier, Griffont n’a d’autre choix que de s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...

🎃 Là vraiment je me demande pourquoi j'ai autant tardé à lire ce livre, j'y allais à reculons tellement j'avais des préjugés à l'idée d'un Paris empli de créatures d'un autre monde et un peu steampunk. Il faut dire que ma seule expérience de la chose a été Le drake mécaniste de Lilith Saintcrow, livre auquel je n'ai rien compris et que j'ai abandonné très vite.
J'ai reculé pour finalement mieux sauter, le Pumpkin Autumn Challenge était le moment idéal pour enfin oser me lancer. Et je me dis qu'en fait j'aurais dû lire ce livre bien plus tôt et que j'ai été bien bête de me laisser influencer par mes stupides préjugés.

🎃 Nous voilà donc dans le Paris de la Belle Epoque, du moins en apparence, car ce Paris-là est un poil différent de celui que nous connaissons. En effet, mages et fées se promènent librement, les chats-ailés font montre d'une rare érudition, et la Tour Eiffel est faite d'un bois blanc enchanté qui luit dans l'obscurité. Le monde des fées a accepté de nous révéler son existence et il n'est donc étonnant pour personne de croiser un ogre ou un gnome au détour d'un chemin.
Bref c'est un Paris magique et enchanteur qui s'offre à nous.

🎃 J'ai adoré cette lecture, j'ai été transportée dans un Paris magique et féérique et honnêtement je n'aurais pas été contre à l'idée de prolonger encore le voyage, car je suis sûre qu'une certaine baronne ne nous a pas encore dévoilé tous ses secrets...

🎃 Car c'est là le point fort de cette histoire: ses personnages. Si j'avoue, à ma grande honte, que je n'ai pas forcément tout retenu des différentes intrigues qui ont occupé ces pages, j'avoue que les personnages, eux, me sont bien restés e tête, et ce pour encore un bon bout de temps (j'espère).

🎃 Force est d'avouer que le couple formé par Griffont et la baronne Isabel de Saint-Gil est très attachant, mais aussi haut en couleurs. J'ai aimé leurs prises de bec, leurs disputes qui n'en sont pas vraiment, leurs réconciliations, mais aussi la tendresse qui émane d'eux, l'inquiétude qu'ils ont l'un pour l'autre, et la jalousie de la baronne pour Cécile de Brescieux est on ne peut plus savoureuse! 
Ces deux-là sont faits pour être ensemble, c'est aussi évident que le nez au milieu de la figure, et pourtant ils ne cessent de se chamailler (sans doute pour mieux se retrouver!).

🎃 Les autres personnages ne sont pas en reste, que ce soit le duo Auguste-Lucien, qui suit la baronne dans toutes ses aventures, ou Etienne, le domestique pince-sans-rire de Griffont, sans oublier Delveccio ou Gélancourt, doyens des Cercles Cyan et Magenta, Falissière ou encore Troisville.
Bon par contre j'avoue, j'ai eu un peu plus de mal avec les dragons, leurs noms ont une fâcheuse tendance à se mélanger dans mon esprit. 

🎃 C'est vraiment cette galerie de personnages savoureux qui est au premier plan, et même si les intrigues sont bien pensées, j'avoue qu'elles ne m'ont pas plus marquée que cela.
Il faut dire qu'elles se déroulent un peu de la même façon: Isabel et Griffont enquêtent chacun de leur côté sur un mystère qui leur est soumis par untel, et très vite ils se rendent compte qu'ils poursuivent la même personne, même si leurs raisons sont différentes.

🎃 S'ensuivent alors des rebondissements échevelés, des courses-poursuites, avant que tout ne se termine bien, même si le tome 3, bien plus sombre, m'a laissé une petite touche d'amertume et quelques questions sans réponses (d'où mon envie furieuse de voir un tome 4 être publié afin d'avoir des réponses!).

🎃 J'avoue avoir eu un petit pincement au cœur quand est arrivé (bien trop vite!) le moment de tourner la dernière page. J'étais si bien dans ce monde enchanteur que j'y serais bien restée un peu plus...

🎃 lecture très agréable 🎃

Logo Livraddict


samedi 28 octobre 2017

L'écarlate de Venise

Impossible de rater ce livre avec une couverture pareille! Couplée à un résumé intriguant, il n'en fallait pas plus pour me plaire...

Venise, 1752. Par une glaciale nuit de décembre, un homme est retrouvé étranglé dans une ruelle. Il est la première victime d’une série de meurtres auxquels Marco Pisani, haut magistrat de la République de Venise, se trouve mêlé.
Idéaliste et passionné, Pisani est un précurseur des Lumières qui a compris depuis longtemps que ce qui est légal n’est pas toujours juste. Amoureux de sa ville, il la voit avec tristesse sombrer dans la décadence. Ses enquêtes ne font que renforcer ce sentiment en levant définitivement le voile sur la part d’ombre d’une société en proie aux conflits familiaux, aux rumeurs destructrices et au vice.
Aidé de son ami avocat Zen, de Nani le gondolier sans scrupule et de la belle et indépendante Chiara, Pisani mène l’enquête sans relâche, des chantiers de l'Arsenal aux prisons du palais des Doges, en passant par les maisons de jeux et les palais de la noblesse… Jusqu’à découvrir la vérité, aussi amère que surprenante.

Je tiens une nouvelle fois à remercier Amazon Crossing et le réseau francophone NetGalley pour m'avoir permis de lire ce livre en avant-première.
Si cette lecture a été plutôt agréable dans l'ensemble, il y a tout de même quelques détails qui m'ont fait tiquer.

J'avoue avoir eu un peu peur en débutant ce livre. En effet, l'auteure a dressé la liste de ses personnages ainsi qu'un lexique des mots vénitiens que nous rencontrerons au fil de notre lecture. Cela augurait donc un grand nombre de noms à retenir, mais finalement ça a été plus facile que ce à quoi je m'attendais.

Nous suivons donc Marco Pisani, advocateur de Venise, dans son enquête: trois hommes ont en effet été retrouvés morts, étranglés par un bout de cordage. Tous trois étaient issus de la noblesse et se connaissaient, ce qui laisse rapidement à penser que quelqu'un en veut à ces hommes. Reste à savoir qui!

J'ai passé un bon moment en compagnie de livre, j'ai aimé suivre Marco à travers les rues de la ville, flâner sur les marchés, déambuler en gondole et découvrir la Sérénissime sous un autre jour.
Oui, mais voilà, il y a aussi pas mal de petites choses qui m'ont fait tiquer, à commencer par le langage.

Je ne demande pas à ce que le vocabulaire soit châtié à l'extrême, mais franchement est-ce qu'un domestique à l'époque aurait parlé de son employeur en disant "le patron"? Ou aurait-il dit d'une femme de chambre "elle m'a dragué ouvertement?" Je ne crois pas, et ce décalage fait tâche. 
J'aurais vraiment aimé qu'il y ait moins d'anachronismes et que le langage colle un peu plus à l'époque et au texte. Par contre, j'ai bien aimé tous les petits termes italiens employés ça et là.

De même, la romance est un peu trop omniprésente. Elle est assez mal amenée et tombe comme un cheveu sur la soupe, dommage car c'était plutôt intéressant de voir Carla débarquer dans le vie de Marco et mener l'enquête à ses côtés.
Et enfin, la réaction de Marco face au coupable à la fin m'a un peu interloquée, je n'ai pas du tout l'habitude de voir un enquêteur réagir de la sorte face à un suspect. 

A part ces petits défauts, l'auteure nous offre une enquête qui se suit avec plaisir, comme Marco on se demande qui pouvait bien en vouloir autant aux trois victimes, on cherche des indices, on essaie de trouver des liens, avant de s'apercevoir, comme notre enquêteur, que tout était sous notre nez et que l'on s'est bien fait berner.

L'auteure prend son temps, elle nous balade dans Venise, le rythme n'est pas fou-fou et les révélations ne s'enchaînent pas mais je n'ai pas non plus trouvé de longueurs et, surtout, je ne me suis pas ennuyée.
Une lecture sympa donc, mais pas non plus inoubliable.


lecture sympa

Logo Livraddict

jeudi 26 octobre 2017

Throwback Thursday Livresque #25

Print


Il s'agit d'un nouveau rendez-vous qui a lieu sur le blog de BettieRose Books. Il s’agit de parler d’une lecture plus ancienne sur un thème en particulier.


Cette semaine, le thème est: Fais-moi peur!



J'aime beaucoup les thrillers, les livres sombres, qu'ils soient fantastiques, psychologiques, ou même horrifiques, mais aucun ne m'a vraiment fait frissonner, contrairement au livre que je souhaite vous présenter aujourd'hui.


Voici donc:
Clic pour accéder à la chronique!

Stockholm, 13 août 2002. Un orage magnétique s'abat sur la ville, provoquant des migraines atroces chez les habitants, et empêchant les appareils électriques de s'éteindre. Puis brusquement, l'orage s'arrête, et tout revient à la normale, du moins en apparence... Car soudain, tous les personnes mortes depuis deux mois ou moins reviennent à la vie...

David vient de perdre son épouse Eva dans un terrible accident de la route, et il assiste à son réveil, à la morgue.
Elvy, elle, assiste en compagnie de sa petite-fille Flora au retour à la maison de son mari, ancien malade d'Alzheimer.
Quant à Gustav, ancien journaliste, il déterre lui-même son petit-fils...
Pour quelle raison les morts sortent-ils de leurs tombes? Que peuvent-ils bien vouloir? Comment gérer cet incroyable évènement? 
Entre horreur et espoir, les familles s'interrogent...

J'ai trouvé ce roman vraiment bizarre puisque suite à un orage magnétique les morts reviennent à la vie. C'est un livre flippant, à l'ambiance glauque, dont le thème est bien trouvé et peu commun. J'ai juste trouvé dommage que certains aspects aient été peu développés.

mardi 24 octobre 2017

Trouvez-moi

Est-ce que le résumé de ce livre ne vend pas du rêve, hein? Franchement? En tout cas, il m'en a vendu à moi, et associé à la très jolie couverture, ça a suffi à me donner envie et à le demander lors d'une des Masses Critiques de Babelio.
Mais maintenant, la question se pose de savoir si le contenu est  hauteur du contenant, et là... Bah j'avoue que ça coince.

Cinq ans plus tôt, en plein milieu de la nuit, Rosa s’est dirigée vers la jetée, elle a plongé son regard dans le tourbillon de l'eau et a sauté. Brillante élève à Cambridge, la jeune femme venait tout juste de perdre son père... mais aussi de trouver le grand amour. Alors, pourquoi se suicider et renoncer à l’avenir heureux qui s'annonçait? C'est la question qui, depuis cinq ans, hante Jar, son ancien petit ami. Il ne peut pas s’empêcher de voir Rosa partout où il se trouve: un visage dans un train, une figure familière dans la foule… Au fond de lui-même, le jeune homme n’a jamais accepté la version officielle du drame, d'autant que le corps de Rosa n'a jamais été retrouvé. Et puis, un jour, tout bascule. Il reçoit un mail: "Trouve-moi, Jar. Trouve-moi avant eux."...

J'ai failli abandonner ce livre une fois (péniblement) arrivée à la moitié. Il fait 400 pages, j'ai lu les 200 premières en 6 jours (!!!) et franchement je me suis ennuyée.
Nous avons ici une narration à deux voix: d'un côté nous suivons Jar, un jeune homme profondément affecté par le suicide de sa petite amie Rosa cinq ans auparavant. Sauf que Jar ne croit pas du tout que Rosa soit morte et il est prêt à tout pour prouver qu'elle est en vie, surtout que son corps n'a jamais été retrouvé. Et de l'autre, nous suivons Rosa par le biais de son journal intime, retrouvé crypté sur le disque dur de l'ordinateur de sa tante Amy.

Dès le départ, il y a des sauts dans le temps, sauf que j'ai vraiment eu du mal  m'y retrouver, et surtout je me demandais quelle était l'utilité de ces flashbacks. Bref, j'étais vraiment dans le flou et je ne comprenais pas grand-chose. 
Ce n'est qu'une fois que Jar entre en possession du journal de Rosa que l'on comprend que les sauts temporels correspondent aux pages dudit journal, pages que Jar récupère parfois dans le désordre au fur et à mesure de leur décryptage.

L'autre grande question, c'est pourquoi les autorités semblent en vouloir à Rosa. Il semble que les policiers cherchent à tout prix à mettre la main sur son journal, et qu'eux non plus ne la croient pas morte. 
Tout cela ne fait que renforcer la conviction de Jar, cependant certains éléments viennent jeter le trouble sur cette histoire. Du coup, je ne savais plus quoi croire, entre Jar qui a du mal à faire son deuil et a des visions post-traumatiques où il croit voir Rosa partout et n'importe où, les éléments qui laissent à penser que Rosa est en vie et d'autres qui laissent croire que tout a été inventé.

Et c'est là qu'il y a un autre hic: à ce stade, pour moi je n'avais absolument pas l'impression d'être dans un thriller psychologique, mais plutôt dans un roman d'espionnage, qui plus est fort lent, et ce n'était clairement pas ce que je recherchais ni ce à quoi je m'attendais.
Du coup, je n'avais aucune envie de continuer. J'aime pourtant le genre de livres où il faut sans cesse démêler le vrai du faux, où les coupables ne le sont pas vraiment, où les apparences sont trompeuses, mais là il y avait un tel manque de rythme et j'avais tellement peu de choses auxquelles me raccrocher que vraiment ça ne me donnait pas envie.

Dernier point, et là ça m'horripile: les résumés de quatrième. C'est vrai quoi, celui-ci m'a vendu du rêve et n'a pas tenu ses promesses, donc ce serait sympa qu'on arrête de nous balancer des trucs qui nous font saliver (ok c'est le but recherché, un résumé moisi n'a jamais donné envie) mais qui au final arrivent super tard dans le livre (spoil bonjour!) ou même qui n'arrivent... jamais.
Ici c'est le cas du mail envoyé par Rosa: à aucun moment Jar ne reçoit ce fameux mail. Du moins, il en reçoit un, mais Rosa ne lance pas d'appel à l'aide désespéré. Elle demande à Jar de la retrouver à un endroit précis, mais voilà.
Donc si on pouvait éviter de nous prendre pour des truffes, ce serait sympa, merci.

Et là, arrive la deuxième partie de ce livre et avec elle un troisième narrateur. Cette nouvelle voix nous permet d'en apprendre plus, et au fur et à mesure que l'on avance, les pièces du puzzle commencent à se mettre en place. Enfin on avance, et j'ai envie de dire qu'il était temps!
Cette seconde partie m'a forcément davantage plu, d'ailleurs oui, à partir de là on peut dire que l'on est enfin en train de lire un thriller psychologique, et les 50 dernières pages m'ont franchement tenue en haleine. Dommage juste que sur 400 pages, il n'y en ait finalement que si peu qui vaillent le coup d'être lues!

Cette accélération donne envie (enfin!) d'en savoir plus, mais cela ne rattrape hélas pas le rythme extrêmement lent du début. Certes, la première partie est utile pour la mise en place de l'intrigue, et une fois que l'on a toutes les cartes en main on réalise que l'auteur ne s'est pas attardé sur certains détails pour rien. J'ai compris qu'il m'a volontairement laissée dans le flou pour mieux me surprendre, n'empêche que certains passages auraient pu être abrégés, cela aurait allégé le texte.

La révélation finale est bien trouvée, même si avec tous les indices on peut finalement plus ou moins deviner la vérité environ 50 pages avant.
Seulement, quand je lis un livre de 400 pages, ce n'est pas pour seulement en apprécier 50. Même si elles relèvent le niveau, j'ai tout de même eu l'impression de me faire avoir.

lecture décevante

Logo Livraddict


Encore merci à Babelio et à leur Masse Critique pour m'avoir permis de découvrir ce livre!