vendredi 1 mars 2019

Tue-moi si tu veux

J'ai été très attirée par le résumé de ce livre, associé à cette photo sur la couverture ça me paraissait être le combo idéal pour passer un bon moment...

La vie de Nick Connor paraît enviable à plus d’un titre: un roman à succès, une jolie maison, une vie de famille épanouie aux côtés de Tasha, sa femme, et de leur fille de cinq ans, Ellie. Ce bonheur de façade se brise le jour où Ellie est enlevée sur le chemin de l’école. Soumis à la pression médiatique et policière, Nick et Tasha s’éloignent l'un de l'autre.
Mais le pire reste encore à venir. Le ravisseur d’Ellie pose à Nick un ultimatum terrible: s’il veut revoir sa fille vivante, il doit assassiner sa femme. Un compte à rebours implacable se met en place. Qui est le ravisseur d’Ellie? Nick pourra-t-il échapper à cet odieux chantage sans commettre l'irréparable? Et si, sous ses airs de père et de mari modèle, Nick était en partie responsable de cette tragédie?

Je tiens une nouvelle fois à remercier le réseau francophone NetGalley et les éditions Amazon Crossing pour m'avoir permis de lire ce livre en avant-première.
 
Je voulais apprécier ce livre. Vraiment. Malheureusement, ça n'a pas été le cas.
J'ai eu beaucoup de mal avec les personnages, et surtout avec Nick. Bon j'avoue, Tasha aussi m'a tapé sur les nerfs, surtout en raison d'un détail qui ne lui est en rien imputable: pourquoi choisir d'appeler son personnage Natasha si c'est pour lui donner ce pauvre surnom tout pourri de "Tasha"? Voilà c'est dit, je ne comprends pas, haha.

Le souci avec Nick, c'est qu'il est égoïste et immature. Moi, moi, moi, voilà sa litanie tout au long du livre. Nick apprécie son petit confort, ses petites habitudes, tout en oubliant que c'est à sa femme qu'il les doit, puisque c'est elle qui fait bouillir la marmite.

Par contre, j'avoue avoir quelque peu compris son agacement vis-à-vis du travail de Natasha car celle-ci est carriériste à l'extrême. Son travail passe avant tout et elle essaie de nous faire comprendre qu'elle n'a pas le choix: Nick n'a connu qu'un seul succès en tant qu'écrivain, ils ont des factures à payer, une fille à élever... Sauf que j'ai eu le sentiment que tout cela n'était qu'un prétexte.
J'aurais largement préféré que Natasha assume pleinement aimer son travail, qu'elle dise qu'elle s'y épanouit, au lieu de le prendre comme prétexte afin d'excuser son comportement vis-à-vis de sa famille.

Je comprends que l'on puisse s'épanouir au travail, aimer ce que l'on fait et que faire des heures supplémentaires ne soit pas dérangeant, mais là j'ai trouvé ça limite malsain. Natasha ne cesse de répéter "Oui mais tu comprends je fais ça pour Ellie, pour qu'elle ait une belle vie". Certes, mais du coup lever sa fille à 5h du matin pour pouvoir profiter d'elle, ça ne choque que moi?
Bref, fin de la parenthèse 😉

Autre souci avec Nick: il reçoit un mail lui demandant de tuer sa femme s'il veut revoir sa fille vivante. Va-t-il voir la police? Non. La première chose qu'il pense, c'est qu'effectivement sa vie serait plus simple si sa femme n'était plus là. Carrément. 
Du coup, de suite il se demande comment se débarrasser de Natasha, s'il doit le faire lui-même ou contacter un tueur à gages... J'avoue que ça m'a un peu choquée, ce n'est pas forcément à ça que j'aurais pensé si j'avais été à sa place...

Le pire, c'est que la fin ne parvient même pas à rattraper cet immense gâchis. J'attendais un truc mordant, une révélation finale qui me laisserait sur les fesses. Alors certes, je n'avais pas deviné l'identité du ravisseur d'Ellie, de ce côté-là c'est bien joué. 
Mais le reste est d'une banalité affligeante. Reprenons nos vies comme si rien ne s'était passé, après tout ce n'était pas si grave, hein. Encore une décision de l'auteur que je ne comprends pas, mais j'ai envie de dire qu'à ce stade, je n'étais plus à ça près...

Une déception, donc. Dommage!

Logo Livraddict

lecture décevante

lundi 25 février 2019

L'étranger dans la maison

De cette auteure, j'avais lu et beaucoup apprécié Le couple d'à côté, si bien que lorsque j'ai été contactée par Babelio afin de lire son nouveau livre, je n'ai pas hésité...

"Comment te sens-tu?" 
Elle voudrait répondre "terrifiée". À la place, elle dit, avec un faible sourire: "Heureuse d'être à la maison." Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux: un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d'avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s'est volatilisée. Alors qu'il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police: son épouse a été victime d'un grave accident de voiture, dans un quartier mal famé où elle ne met d'ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l'hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d'amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu'un s'introduit en leur absence dans la maison...

Une fois encore, j'ai passé un très bon moment en compagnie de ce livre. Certes, ça reste très classique, mais c'est également diablement efficace.
Nous suivons donc Tom et Karen, un couple bourgeois tout ce qu'il y a de plus normal, jusqu'au soir où Tom rentre chez lui et ne trouve personne.
Karen semble être sortie, sans doute pour faire une ou deux courses puisqu'elle a laissé son sac et son téléphone et que la maison n'est pas verrouillée.
Lorsque la police débarque chez Tom, c'est pour lui apprendre que sa femme a eu un accident dans un quartier plutôt mal famé, de ceux dans lesquels elle ne met jamais les pieds. De plus, Karen ne se souvient de rien.
Que faisait-elle là-bas? Est-elle liée au meurtre qui y a été commis le même soir?

A partir de ce postulat assez classique, l'auteure tisse une véritable toile d'araignée où mensonge et vérité se côtoient, les apparences se fissurent, dévoilant une fois encore qu'elles ne sont pas ce qu'elles semblent être, les caractères se révèlent, et les secrets les mieux enfouis refont surface...

J'ai dévoré ce livre, j'en ai tourné les pages avec frénésie, jusqu'à un final qui m'a laissée sur les fesses. Alors certes, certaines ficelles utilisées par l'auteure sont (très) grosses, j'avais deviné certaines choses, pourtant je n'ai pas vu venir le twist final, très bien trouvé et auquel je ne m'attendais absolument pas.

Je ne suis pas fan des fins ouvertes, ce n'est pas nouveau, mais ici ça cadre parfaitement avec le reste du roman. Pour être honnête, c'est d'ailleurs la meilleure que l'auteure aurait pu trouver, elle nous laisse entrevoir tout un tas de possibilités, ce que pour une fois j'ai grandement apprécié.

Bref, si vous aimez les thrillers domestiques, vous devriez trouver votre bonheur avec ce titre. Même s'il est loin de révolutionner le genre, ça reste une lecture très divertissante et agréable.

Logo Livraddict

 lecture très agréable

Encore merci à Babelio et à leur Masse Critique pour m'avoir permis de découvrir ce livre!

samedi 15 décembre 2018

Nico Sirsky, tome 5 - Les Inconnues de la Seine

J'ai été gentiment contactée par mail par Nicole Wagner des éditions Amazon Publishing afin de lire cet ouvrage sur invitation via la plateforme NetGalley. Ayant trouvé le résumé plutôt sympathique, j'ai décidé de me lancer.

Paris, fin juin. Dans une ville écrasée par la chaleur, une série de meurtres sordides réveille une vieille légende urbaine et plonge la capitale dans l’effroi. 
Depuis les attentats, le commissaire Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle de Paris, et ses hommes sont sous tension. Difficile de maintenir un semblant de vie ordinaire lorsque les effectifs réduits obligent l’équipe à enchaîner mission sur mission. Mais lorsqu’une jeune fille est enlevée en plein jour au cœur de la capitale, c’est tout l’équilibre précaire de leur quotidien qui bascule. Confronte? a? un adversaire redoutablement intelligent et pervers, l’affaire va prendre un tour personnel pour Nico Sirsky, rattrapé par d’anciens démons qu’il croyait enterrés depuis longtemps. Commence alors une course effrénée contre la montre qui va mettre le commissaire au pied du mur et le pousser dans ses derniers retranchements.

Je tiens une nouvelle fois à remercier le réseau francophone NetGalley et les éditions Amazon Publishing pour m'avoir permis de lire ce livre en avant-première.
 
Je dois avouer que j'ai eu du mal à entrer dans ce livre. Sans doute est-ce dû au fait qu'il s'agit d'un tome 5, que je n'ai pas lu les tomes précédents et que du coup j'ai été un peu perdue parmi les personnages. Certes, il n'est pas nécessaire de les avoir lus pour bien comprendre l'histoire, il n'y a pas de rappels incessants des anciens tomes ou autre, et l'accent est plutôt mis sur l'action que sur la psychologie des personnages. Mais honnêtement, à part Nico Sirsky, sa compagne Caroline et le tueur, ne me demandez qui est qui car je serais juste incapable de vous fournir la réponse, et j'en suis d'ailleurs la première désolée.

De même, malgré un rythme assez soutenu, servi par une plume incisive et efficace, j'ai bizarrement trouvé le début très lent avec l'impression de tourner en rond.
L'auteure prend le temps de nous expliquer le fonctionnement de la brigade, ce qui est très appréciable, mais comme je me suis totalement emmêlée dans qui était qui, ça ne m'a hélas pas beaucoup servie.
Ajoutez à cela le nom du personnage principal, Nico Sirsky: désolée mais moi j'ai pensé de suite à Indochine, et j'ai passé ma lecture à imaginer ce cher commissaire avec la tête du chanteur du groupe.

A part ces petits détails, une fois l'enquête véritablement lancée, j'avoue avoir plutôt bien accroché et facilement englouti les pages. J'étais suffisamment prise dans l'histoire pour tourner les pages sans vraiment m'en rendre compte, car j'avais bien envie de savoir qui était l'assassin de ces jolies filles retrouvées mortes noyées, la jambe perforée et vêtues de splendides robes de créateur.

Je me suis laissée prendre au jeu et petit à petit je me suis approchée de la fin, où un autre mystère concernant cette fois le commissaire lui-même semblait sur le point d'être résolu.
Et là, arrivée à la fin, j'avoue avoir poussé un cri de frustration en comprenant que ce mystère-là resterait entier, et qu'il faudra très certainement attendre le tome 6 afin d'en savoir plus. J'avoue m'être même demandé s'il ne me manquait pas des pages!

Bref, une lecture sympathique, sans réels temps morts même si le début m'a paradoxalement paru très long. Je pense cependant que je l'aurais beaucoup plus appréciée si j'avais lu les autres tomes avant, ce qui m'aurait permis de mieux connaître les personnages au lieu de rester dans un flou incessant.

Logo Livraddict

lecture sympa

mardi 27 novembre 2018

Pour tout l'or du Sud

Le combo couverture-résumé a été clairement déterminant dans mon achat de ce livre. Je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais quand je l'ai commencé, mais certainement pas ça...

Richmond, 1880. Chess Standish, la fille de l'une des plus anciennes familles de Virginie, épouse un obscur fermier de Caroline, Nathan Richardson, de sept ans son cadet. 
En ce lendemain de guerre civile, l'Amérique toute entière est à reconstruire, et la personnalité forte de Richardson, ses projets ambitieux, ont tout pour séduire Chess. Que Nathan l'ait épousée par intérêt lui importe peu: elle se résigne à n'être pour l'instant que sa brillante associée, car elle sait qu'elle transformera ce mariage de raison en une histoire d'amour...

Je ne peux pas nier que ce livre est bien écrit, d'ailleurs par moments il m'a été difficile de décrocher. Pourtant, il manque singulièrement de souffle, si vous vous attendez à une saga familiale épique et romanesque eh bien passez votre chemin.


Les personnages sont niais, d'ailleurs à la lecture des premières pages je me suis franchement demandé si je n'étais pas en train d’halluciner. Nathan rencontre la fille d'un pasteur itinérant, Lily, dont il tombe immédiatement amoureux. S'ensuit alors une scène surréaliste où il lui déclare ses sentiments et tente désespérément d'agir en homme et en gentleman alors qu'il ressemble plutôt à une bête tentant d'assouvir ses pulsions.  
De même, la scène où Chess rencontre Nathan est elle aussi digne d'un mauvais roman à l'eau de rose, même si sa réaction semble un peu plus naturelle. Chess s'émeut en effet de voir Nathan torse nu, chose impensable au vu des mœurs de l'époque. Mais là encore cette espèce d'amour au premier regard m'a parue mièvre au possible.

Je ne peux pourtant pas dire que je n'ai pas aimé cette histoire, j'ai beaucoup aimé suivre l'évolution de Nathan et Chess, voir leur développement en tant que producteurs de cigarettes. Leur acharnement va s'avérer payant, de petits producteurs de feuilles de tabac ils vont peu à peu s'imposer et compter parmi les leaders de l'industrie de la cigarette.
 
Même si j'ai adoré toute cette partie, j'avoue avoir été un peu larguée par les termes techniques employés par l'auteure. On sent qu'elle maîtrise son sujet, la bataille entre petits producteurs et magnats déjà installés est bien retranscrite et comble un peu la platitude du récit en y apportant quelques rebondissements bienvenus.

Car à côté de cela, on se contente de suivre la vie de Nathan et Chess, entre hauts et bas. Chess ne désespère pas de se faire aimer de Nathan, qui de son côté se contente de la traiter comme une partenaire et de jouer au minimum son rôle de mari.
Je trouve vraiment dommage que leur histoire reste aussi plate et sans rebondissements notables, si on y ajoute les fréquentes ellipses temporelles qui m'ont elles aussi perdues, cela me laisse une impression d'inachevé que la fin ne parvient hélas pas à rattraper.

Je me suis d'ailleurs demandé s'il s'agissait bien de la fin du roman tant celle-ci est abrupte, j'ai même pensé qu'il me manquait des pages. Le roman se clôture en pleine action, chose que j'ai trouvée assez étrange et inhabituelle.

J'ai l'impression d'être très dure avec ce livre, mais il faut hélas avouer que les qualités ont bien du mal à contrebalancer tous les petits défauts que j'ai pu y trouver.

Logo Livraddict
 lecture sympa, sans plus

lundi 12 février 2018

Ce n'est qu'un au revoir...

Aloha all!

Ca fait bien trop longtemps que je n'ai pas mis les pieds ici, et je crains hélas que 2018 ne continue sur cette même lancée...

Vous l'aurez compris, l'aventure bloguesque s'arrête ici pour moi aujourd'hui. Je ne prends pas cette décision de gaieté de cœur, mais je crois pour l'instant c'est encore la meilleure.

Entre les problèmes de santé, les soucis personnels, j'avoue que j'ai de plus de mal à me dégager du temps pour venir ici. A vrai dire, je n'en ai même pas envie.
Je n'arrive pas à lire, alors chroniquer, je ne vous en parle même pas!

Je garde espoir pourtant, je me dis que si enfin je réussis à remettre de l'ordre dans ma vie alors peut-être que je reviendrai. Mais là actuellement il me manque ce petit déclic, tant au niveau lecture qu'au niveau blog.

Je vous bisouille bien fort, je viendrai peut-être papoter sur facebook et je tenterai encore de vous poster des photos sur Insta, même si je ne vous promets rien.


See ya et merci d'avoir été là!