vendredi 10 mai 2019

Que passe l'hiver

J'ai choisi ce livre un peu au hasard lors de la Masse Critique spéciale "Mauvais Genres" de Babelio, attirée par la couverture et le résumé. Et je ne le regrette absolument pas!

Stig vient d'avoir vingt ans, l'âge de porter une épée et de se rendre - enfin ! - sur le Wegg, l'étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d'hiver ne se déroule pas comme il l'avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu'il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l'ombre des festivités, protéger ceux qu'il aime... et même survivre. Y parviendra-t-il? 

Une fois ce livre entre mes mains, je me suis hâtée de le commencer. Le début a été difficile, j'étais dans une période de travail intense et j'avais beaucoup de mal à me poser et à lire plusieurs pages d'affilée. 
De plus, à l'ouverture du livre m'attendait une liste de personnages assez longue qui m'a un peu effrayée, d'ailleurs j'avoue que j'ai confondu certains d'entre eux, notamment dans le clan de Stig, entre le pisteur, les écuyers, l'herboriste, parfois c'était un peu confus.

Une fois bien installée dans l'histoire, cette lecture a été un régal. L'écriture est poétique et l'idée des fils de la destinée, le fait que chaque choix renforce ou brise l'un de ces nombreux fils, m'a énormément plu. 

Certains passages sont assez lents, posant les bases d'une histoire bien plus alambiquée qu'il y paraît au premier abord. Nous nous retrouvons face à un complot assez complexe, à une croisée des chemins face à un monde qui s'apprête à vivre de profonds bouleversements.
L'auteur prend le temps de poser son décor, de nous expliquer son univers et sa mythologie. A ce sujet, je trouve dommage de ne pas en savoir plus sur le Roi de l'Hiver, j'ai trouvé ce personnage très mystérieux et quelques pages ou chapitres supplémentaires à son sujet auraient été un petit plus très appréciable!

Ce Roi de l'Hiver, mi-homme mi-animal, le front orné de longs bois de cerfs, est le descendant du Dieu Urian. Chaque année, au solstice d'hiver, les hommes viennent sur le Wegg afin de lui renouveler leur serment d'allégeance.
Ils sont quatre clans, chacun avec des pouvoirs issus d'Urian: il y a ceux qui peuvent lire les fils du destin, ceux qui peuvent se mouvoir dans l'ombre, ceux qui se transforment en animaux et ceux qui maîtrisent les esprits.

Stig attendait sa première fête du solstice avec impatience, sauf que rien ne va se passer comme prévu. Si l'ambiance au premier soir est festive, bien vite tout cela est terni par la mort du chef du clan Dewe.
D'autres morts s'ensuivent, les augures sont mauvais et Stig s'interroge: qui peut bien avoir intérêt à ce que le chef des Dewe meure? Commence alors une quête qui pourrait bien mener Stig et le monde qu'il connaît vers une fin prématurée...

Pour ma part, j'ai vraiment apprécié cette plongée au cœur de l'univers créé par l'auteur, et si ce one shot possède une vraie fin, elle m'a tout de même laissée sur ma faim justement. Je suis un peu frustrée par le choix qui a été fait et quelques chapitres supplémentaires n'auraient à mon avis pas été de trop.

Petit bémol pour terminer, même s'il ne ternit en rien mon avis sur cette lecture: la place des femmes. 
Je sais que l'on est là dans un monde d'hommes (c'est du moins ainsi que je l'ai ressenti), mais je trouve dommage que les femmes n'aient qu'un si petit rôle. Et là je pense notamment à la guerrière Vorgell, qui n'a de guerrière que le nom. Elle n'a aucune utilité, c'est à se demander pourquoi elle est là, c'est dommage!

Cela ne m'a pas empêchée de grandement apprécier ma lecture, et je vous recommande ce livre à l'ambiance nordique et poétique!


Logo Livraddict

 lecture très agréable

Encore merci à Babelio et à leur Masse Critique pour m'avoir permis de découvrir ce livre!

vendredi 19 avril 2019

Toute la vérité

J'ai totalement craqué sur cette magnifique couverture, associée à la phrase d'accroche en bas, je ne pouvais pas résister! 

Dix ans de mariage, quatre enfants. Elle pensait connaître son mari mieux que personne. Elle avait tort.
Malgré un travail passionnant qui l'empêche de passer du temps avec ses enfants et un prêt immobilier exorbitant, Vivian Miller est comblée par sa vie de famille : quelles que soient les difficultés, elle sait qu'elle peut toujours compter sur Matt, son mari, pour l'épauler.
En tant qu'analyste du contre-renseignement à la CIA, division Russie, Vivian a la lourde tâche de débusquer des agents dormants infiltrés sur le territoire américain. Un jour, elle tombe sur un dossier compromettant son époux. Toutes ses certitudes sont ébranlées, sa vie devient mensonge.
Elle devra faire un choix impossible : défendre son pays... ou sa famille.

Je n'ai même pas jeté un œil au résumé quand j'ai acheté ce livre, et si je l'avais fait nul doute qu'il serait resté sur l'étagère.
En effet, il s'agit d'un thriller d'espionnage, chose que je ne lis pas car ce n'est pas vraiment un genre que j'affectionne.

Au final, bien que j'aie eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, j'ai passé un moment agréable avec ce livre. C'est fluide, la plume est agréable, et je me suis laissée porter malgré les petits défauts que j'ai pu relever au fur et à mesure de mon avancée.

Nous suivons donc Vivian, analyste du contre-renseignement en poste à la branche russe de la CIA. Son but: découvrir les agents dormants infiltrés sur le territoire américain.
Elle a mis en place un algorithme qui leur a permis certaines grandes avancées, mais elle touche enfin au but en se connectant à l'ordinateur d'un certain Youri. En ouvrant l'un des dossiers de cet ordinateur, elle va tomber sur cinq photos. Seul problème, l'une de ces photos est celle de son mari, Matt...

Forcément, Vivian se pose de suite tout un tas de questions: pourquoi cette photo est-elle arrivée là, Matt peut-il vraiment être un espion russe, est-ce un piège, Youri a-t-il découvert qui elle est, ou a-t-il compris qu'elle avait réussi à entrer dans son ordinateur et décidé d'y placer cette photo...

Seul problème, c'est que ces questions tournent continuellement en boucle. Du coup, cela donne un effet de longueur, quand à d'autres moments l'action est un peu plus présente et redonne du rythme à un récit parfois un peu mou.
Vivian s'inquiète pour ses enfants, surtout quand Matt lui avoue être effectivement un agent dormant (pas de spoil, vous le découvrez dans les premières pages).

Que faire, que dire, protéger son mari et sa famille ou son pays? Vivian est perdue, et là encore les mêmes questions se posent sans cesse. Elle doute de son mari, avant de finalement se dire qu'il est impossible qu'il l'ait trahie. Elle veut le dénoncer, puis renonce. 
Personnellement, même si je comprends ses questionnements, au bout d'un moment j'ai trouvé ça lassant et j'espérais qu'elle finisse par prendre une décision pour que l'on puisse enfin avancer.

Ajoutez à cela que je ne me suis pas attachée aux personnages, et surtout à Vivian, ce qui est assez problématique du fait que c'est l'héroïne du livre. Je l'ai trouvée naïve, ce qui est embêtant pour une analyste du contre-espionnage. On a l'impression que Matt la manipule et l'amène toujours précisément où il voudrait qu'elle soit.

Par contre, l'idée des flashbacks nous permettant de remonter aux origines du couple sont bien trouvés et nous permettent de voir que ce qui peut passer pour du hasard n'en est peut-être pas.
Matt a-t-il vraiment fait sa rencontre par hasard?
Son passé est-il réel ou inventé de toutes pièces?
Sur qui Vivian peut-elle vraiment compter?

Reste la fin, que pour ma part j'ai vraiment trouvée surprenante, et qui laisse même supposer qu'une suite est possible.
L'auteure joue avec les apparences et les faux-semblants jusqu'à la dernière ligne, même si ce n'est malheureusement pas suffisant pour relever le niveau du reste de son récit.

Une lecture sympa donc, mais qui ne me restera pas longtemps en mémoire.

Logo Livraddict

 lecture sympa, sans plus

jeudi 18 avril 2019

AdopteUnTueur.com

Depuis quelques temps, les 2ditions Amazon Crossins me proposent régulièrement de découvrir certains de leurs titres. Attirée par le titre (qui fait penser à un célèbre site de rencontres - ce qui tombe bien, puisque cela fait partie des thèmes abordés dans ce livre) et le résumé, je me suis laissée tenter...

Lorsque le cadavre de Charles Maillard, chef d’entreprise sur le déclin, est repêché du canal de l’Ourcq, l’enquête du commandant Pascal Guilbert et du capitaine Guilhem Lanternier se tourne rapidement vers les activités professionnelles de la victime. Ils découvrent alors que l’emploi du temps de Maillard consistait principalement à visiter des sites où les rencontres peuvent s’avérer malsaines...

Je tiens une nouvelle fois à remercier le réseau francophone NetGalley et les éditions Amazon Crossing pour m'avoir permis de lire ce livre.
Il s'agit du 5è épisode des aventures de "Tonton" et du "Beau Gosse" (me regardez pas comme ça, c'est pas moi qui ai choisi leurs petits noms '') mais pour une fois ça ne m'a pas dérangée, je n'ai pas vraiment eu de mal à suivre et à me rappeler de qui était qui.

J'ai passé un bon moment en compagnie de ce livre, certes il ne révolutionne pas le genre et reste très soft, mais n'en demeure pas moins agréable à lire.
Un homme est retrouvé mort sur les berges du canal de l'Ourcq. Si son identité est vite établie, il semble que l'homme avait des choses à cacher: il menait en fait une double vie et était accro aux sites de rencontre.

Bon, rien de bien méchant en soi, mais très vite les enquêteurs découvrent que l'homme a volontairement effacé toute trace de lui et qu'il est plutôt du genre pervers et malsain.
Ils découvrent qu'il a fait de faux contrats à des femmes avec lesquelles il sortait, façon un peu détournée d'acheter leur silence rapport aux demandes assez "extravagantes" qu'il leur a imposées. Que son associé a préféré prendre le large, que sa secrétaire a des choses à cacher et que son ex a totalement pété les plombs et est désormais internée.

Petit à petit, les pièces du puzzle se mettent en place, jusqu'à un final que je n'avais pas vraiment vu venir. J'ai bien eu des soupçons, j'étais sur la bonne voie sans y être complètement, bref je suis contente de ce final qui a su me surprendre.

Pour le reste, c'est un bon roman policier, mais pas assez nerveux ou noir pour que je le qualifie de thriller. Certains moments sont un peu longuets, tandis qu'à d'autres il y a de vrais coups d'accélérateur qui m'ont tenue en haleine et où refermer ce livre était plus compliqué.
Cependant, je pense avoir lu trop de thrillers pour que celui-ci me reste longtemps en mémoire. J'aime les choses plus corsées, et ce titre est (malheureusement pour moi) un poil trop gentillet.

Je le recommande, mais plutôt pour des personnes ayant envie de se lancer dans le genre, qui n'en ont pas l'habitude, ou qui sont plutôt sensibles et qui n'ont pas envie de lire de scènes trop violentes.

Logo Livraddict

 lecture sympa, sans plus

dimanche 24 mars 2019

Le dernier des treize

Ce livre figurait en bonne place au centre culturel, le résumé donnait envie, j'ai donc foncé. Et franchement, je ne suis pas sûre que j'aurais dû...

Ils étaient une bande de treize adolescents inséparables, des idéalistes nés trop tard, "une génération à la con qui a tout raté". Une nuit, soûls, ils se jurent de ne jamais désarmer et décident d'engager un tueur à gages chargé de les exécuter si, adultes, ils venaient à trahir leurs idéaux.
Aujourd’hui, proches de la cinquantaine, le poids du temps, du boulot et des compromis pèse sur leurs épaules. Ils travaillent ensemble, ne sont plus vraiment des amis mais se revoient, aux enterrements. Car la bombe à retardement de leur jeunesse s'est enclenchée: tous les treize jours, l'un d'eux est assassiné...

Très honnêtement, quand je pense à ce livre, c'est "Bienvenue à Beauf'Land" qui me vient en premier. Pas très sympa, je sais, mais je vais tenter de vous expliquer.

Nous avons donc treize personnages qui se côtoient depuis longtemps par la force des choses. Ils ne s'apprécient pas et se fréquentent uniquement parce qu'ils travaillent tous pour la même boîte.
Bien des années auparavant, ils ont fait un pacte et donné chacun 200 francs à l'un d'eux, afin qu'il engage un tueur à gages qui devrait tous les tuer s'ils venaient à trahir leurs idéaux.

Bien sûr, les années ont passé, et les envies de révolte avec elles. Restent donc des quinquas pas forcément très épanouis dans leur vie qui voient avec effarement les membres de leur groupe disparaître les uns après les autres. Malédiction liée au chiffre 13 ou le tueur à gages a-t-il vraiment été engagé, comme convenu à l'époque?

L'idée de départ me plaisait franchement bien et de plus, le style de l'auteure n'est pas désagréable. Le problème, ce sont les personnages: ils sont tous détestables, il n'y en a pas un pour racheter l'autre. 
Je pense que c'est volontaire de la part de l'auteure, qui a je pense délibérément grossi le trait. Sauf que là, j'ai frôlé l'indigestion.

Le fait de rendre ces tristes sires aussi peu sympathiques était une bonne idée, sauf que trop de cliché tue le cliché: l'homo, la mystique et ses délires, l'obèse, l'alcoolo, tous sont poussés à l'extrême et au final je ne me suis attachée à aucun d'entre eux.
Le pompon, c'est bien sûr l'inspecteur chargé de l'enquête, Louis-Edouard Dudeuil, dandy raté, fils de préfet que l'on a casé comme on le pouvait car il ne remplit pas les idéaux paternels, et qui se retrouve flic comme je me retrouverais danseuse de french cancan. Vraiment, difficile de faire plus nul que lui! Sauf que lui, bien sûr, est persuadé d'avoir tout compris.

Bref, j'avais déjà du mal à suivre le fil de l’histoire, à savoir qui était qui et qui parlait, mais le clou du spectacle c'est la fin. J'avoue que je n'y ai absolument rien compris. Je n'ai pas compris qui était le coupable, un comble pour un thriller! Du moins, si le coupable désigné dans le livre est le vrai coupable, alors je veux bien que l'on m'explique ses motivations, car là encore pour moi c'est mystère total.

Je ressors donc déçue de ce livre, cependant ne vous arrêtez pas à mon avis, car j'en ai lu de très bons. Je pense que cette lecture n'était juste pas pour moi...

Logo Livraddict

lecture décevante

vendredi 1 mars 2019

Tue-moi si tu veux

J'ai été très attirée par le résumé de ce livre, associé à cette photo sur la couverture ça me paraissait être le combo idéal pour passer un bon moment...

La vie de Nick Connor paraît enviable à plus d’un titre: un roman à succès, une jolie maison, une vie de famille épanouie aux côtés de Tasha, sa femme, et de leur fille de cinq ans, Ellie. Ce bonheur de façade se brise le jour où Ellie est enlevée sur le chemin de l’école. Soumis à la pression médiatique et policière, Nick et Tasha s’éloignent l'un de l'autre.
Mais le pire reste encore à venir. Le ravisseur d’Ellie pose à Nick un ultimatum terrible: s’il veut revoir sa fille vivante, il doit assassiner sa femme. Un compte à rebours implacable se met en place. Qui est le ravisseur d’Ellie? Nick pourra-t-il échapper à cet odieux chantage sans commettre l'irréparable? Et si, sous ses airs de père et de mari modèle, Nick était en partie responsable de cette tragédie?

Je tiens une nouvelle fois à remercier le réseau francophone NetGalley et les éditions Amazon Crossing pour m'avoir permis de lire ce livre en avant-première.
 
Je voulais apprécier ce livre. Vraiment. Malheureusement, ça n'a pas été le cas.
J'ai eu beaucoup de mal avec les personnages, et surtout avec Nick. Bon j'avoue, Tasha aussi m'a tapé sur les nerfs, surtout en raison d'un détail qui ne lui est en rien imputable: pourquoi choisir d'appeler son personnage Natasha si c'est pour lui donner ce pauvre surnom tout pourri de "Tasha"? Voilà c'est dit, je ne comprends pas, haha.

Le souci avec Nick, c'est qu'il est égoïste et immature. Moi, moi, moi, voilà sa litanie tout au long du livre. Nick apprécie son petit confort, ses petites habitudes, tout en oubliant que c'est à sa femme qu'il les doit, puisque c'est elle qui fait bouillir la marmite.

Par contre, j'avoue avoir quelque peu compris son agacement vis-à-vis du travail de Natasha car celle-ci est carriériste à l'extrême. Son travail passe avant tout et elle essaie de nous faire comprendre qu'elle n'a pas le choix: Nick n'a connu qu'un seul succès en tant qu'écrivain, ils ont des factures à payer, une fille à élever... Sauf que j'ai eu le sentiment que tout cela n'était qu'un prétexte.
J'aurais largement préféré que Natasha assume pleinement aimer son travail, qu'elle dise qu'elle s'y épanouit, au lieu de le prendre comme prétexte afin d'excuser son comportement vis-à-vis de sa famille.

Je comprends que l'on puisse s'épanouir au travail, aimer ce que l'on fait et que faire des heures supplémentaires ne soit pas dérangeant, mais là j'ai trouvé ça limite malsain. Natasha ne cesse de répéter "Oui mais tu comprends je fais ça pour Ellie, pour qu'elle ait une belle vie". Certes, mais du coup lever sa fille à 5h du matin pour pouvoir profiter d'elle, ça ne choque que moi?
Bref, fin de la parenthèse 😉

Autre souci avec Nick: il reçoit un mail lui demandant de tuer sa femme s'il veut revoir sa fille vivante. Va-t-il voir la police? Non. La première chose qu'il pense, c'est qu'effectivement sa vie serait plus simple si sa femme n'était plus là. Carrément. 
Du coup, de suite il se demande comment se débarrasser de Natasha, s'il doit le faire lui-même ou contacter un tueur à gages... J'avoue que ça m'a un peu choquée, ce n'est pas forcément à ça que j'aurais pensé si j'avais été à sa place...

Le pire, c'est que la fin ne parvient même pas à rattraper cet immense gâchis. J'attendais un truc mordant, une révélation finale qui me laisserait sur les fesses. Alors certes, je n'avais pas deviné l'identité du ravisseur d'Ellie, de ce côté-là c'est bien joué. 
Mais le reste est d'une banalité affligeante. Reprenons nos vies comme si rien ne s'était passé, après tout ce n'était pas si grave, hein. Encore une décision de l'auteur que je ne comprends pas, mais j'ai envie de dire qu'à ce stade, je n'étais plus à ça près...

Une déception, donc. Dommage!

Logo Livraddict

lecture décevante

lundi 25 février 2019

L'étranger dans la maison

De cette auteure, j'avais lu et beaucoup apprécié Le couple d'à côté, si bien que lorsque j'ai été contactée par Babelio afin de lire son nouveau livre, je n'ai pas hésité...

"Comment te sens-tu?" 
Elle voudrait répondre "terrifiée". À la place, elle dit, avec un faible sourire: "Heureuse d'être à la maison." Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux: un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d'avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s'est volatilisée. Alors qu'il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police: son épouse a été victime d'un grave accident de voiture, dans un quartier mal famé où elle ne met d'ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l'hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d'amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu'un s'introduit en leur absence dans la maison...

Une fois encore, j'ai passé un très bon moment en compagnie de ce livre. Certes, ça reste très classique, mais c'est également diablement efficace.
Nous suivons donc Tom et Karen, un couple bourgeois tout ce qu'il y a de plus normal, jusqu'au soir où Tom rentre chez lui et ne trouve personne.
Karen semble être sortie, sans doute pour faire une ou deux courses puisqu'elle a laissé son sac et son téléphone et que la maison n'est pas verrouillée.
Lorsque la police débarque chez Tom, c'est pour lui apprendre que sa femme a eu un accident dans un quartier plutôt mal famé, de ceux dans lesquels elle ne met jamais les pieds. De plus, Karen ne se souvient de rien.
Que faisait-elle là-bas? Est-elle liée au meurtre qui y a été commis le même soir?

A partir de ce postulat assez classique, l'auteure tisse une véritable toile d'araignée où mensonge et vérité se côtoient, les apparences se fissurent, dévoilant une fois encore qu'elles ne sont pas ce qu'elles semblent être, les caractères se révèlent, et les secrets les mieux enfouis refont surface...

J'ai dévoré ce livre, j'en ai tourné les pages avec frénésie, jusqu'à un final qui m'a laissée sur les fesses. Alors certes, certaines ficelles utilisées par l'auteure sont (très) grosses, j'avais deviné certaines choses, pourtant je n'ai pas vu venir le twist final, très bien trouvé et auquel je ne m'attendais absolument pas.

Je ne suis pas fan des fins ouvertes, ce n'est pas nouveau, mais ici ça cadre parfaitement avec le reste du roman. Pour être honnête, c'est d'ailleurs la meilleure que l'auteure aurait pu trouver, elle nous laisse entrevoir tout un tas de possibilités, ce que pour une fois j'ai grandement apprécié.

Bref, si vous aimez les thrillers domestiques, vous devriez trouver votre bonheur avec ce titre. Même s'il est loin de révolutionner le genre, ça reste une lecture très divertissante et agréable.

Logo Livraddict

 lecture très agréable

Encore merci à Babelio et à leur Masse Critique pour m'avoir permis de découvrir ce livre!