dimanche 27 avril 2014

Deux nuances de brocoli

Je trouve que la parodie est un art difficile, où l'on peut facilement tomber dans l'excès, la méchanceté, ou le ridicule, ce qui fait que je les trouve rarement réussies. Et pourtant, Marie Laurent réussit à éviter les pièges du genre pour nous offrir une version drôle et rafraîchissante de Cinquante nuances de Grey avec Deux nuances de brocoli

La route d'Edouard Green, séduisant patron d'une entreprise fabriquant des sex-toys,  croise celle d'Amalia, brave fille un peu complexée, caissière dans un magasin de bricolage. Pour la remercier d'avoir trouvé son objet fétiche (vert, bien évidemment), Edouard l'invite à boire un café, puis à dîner, et bientôt il lui propose de signer un étrange pacte. 
Amalia découvre alors un univers où se mélangent sexe, soumission, et légumes. Mais le caractère explosif de nos deux héros ne risque-t-il pas à la longue de rendre leur relation difficile?

Je souhaite avant tout remercier les Editions Artalys pour ce service presse, qui m'a beaucoup fait rire, même si je dois avouer que je n'ai pas vraiment de point de comparaison, puisque je n'ai pas lu (et je ne lirai sans doute jamais) Cinquante nuances.

Je tiens également à remercier l'auteur pour nous avoir offert une héroïne atypique comme Amalia: elle est loin d'être un canon de beauté, a un boulot de merde payé trois clopinettes, n'est pas très cultivée, bref c'est une fille lambda et ça, ça fait du bien! ^^
Edouard ne suit pas les clichés lui non plus: beau gosse mais vaniteux, macho, il me fait penser à un sale gosse qui boude dès qu'Amalia a le malheur de le contredire. J'ai parfois eu envie de lui coller de ces baffes!

Ce qui est également appréciable, c'est le chemin que parcourt Amalia: si elle tombe amoureuse au premier regard et est totalement soumise au départ, elle va vite s'affirmer et contrer les exigences bizarres d'Edouard, que ce soit en matière de sexe, de relations familiales (ah la rencontre avec belle-maman ^^), ou d'habillement. Elle prend peu à peu sa vie en main, jusqu'à devenir enfin la femme qu'elle avait toujours rêvé d'être.

A part ça, ce livre est un concentré d'humour: Edouard et sa fameuse chambre verte (évidemment, il n'aurait plus manqué qu'elle soit rouge, rien qu'avec son nom on le savait prédestiné à aimer le vert! ^^), son impuissance s'il n'y a pas de légumes pour le stimuler, et surtout la scène du repas de Noël avec Doris, l'amie de Mme Green... En tout cas, pour ma part, le sexe légumier ce n'est pas mon truc, je le laisse donc volontiers à ses déviances! ^^

En bref, cette parodie légumière (je ne verrai plus les brocolis de la même manière!) s'est révélée fort plaisante, bien qu'un peu courte. Petit plus aussi pour la fin, très bien trouvée. Bref, que vous soyiez amateur ou pas de Cinquante nuances, je vous le conseille!


lecture agréable

Logo Livraddict

6 commentaires:

  1. Ca a l'air un peu décalé, je note l'idée :)

    RépondreSupprimer
  2. Autant Fifty Shades ne me dit vraiment rien autant celui-ci à l'air sympa ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en pense exactement la même chose! ^^

      Supprimer
  3. Ça ne me tente pas du tout (^la faute aux brocolis peut être?!) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que c'est assez... particulier! ;)

      Supprimer